Asambleas Ciudadanos


 

l'Assemblée de citoyens en Asie

 

 

Un autre Iran, au-delà des explications binaires ?

Traductions : français . Español . English






Un autre Iran au-delà des explications binaires ? - transcription de l’interview


C’est une notion très très importante la notion de vide social, c’est-à-dire une espèce d’anomie, où le manque de sentiment d’appartenance à une communauté est défini comme le vide social ; mais je le dis aussi par rapport à la nature du régime, qui se dit d’ailleurs régime totalitaire, il ne laisse pas vraiment d’espace de liberté et d’autonomie aux individus, donc aux citoyens. Il faut savoir aussi que quand on regarde une émission de gastronomie à la télé, ça se commence par quelques recettes du Coran, que même en faisant la cuisine, même en donnant une recette de cuisine, on doit passer par une référence au Coran ou par quelque chose de religieux. Donc cela crée une certaine lourdeur, un certain sérieux entre guillemets assez gênant. Ce qui explique aussi cette grande dichotomie et cette grande opposition entre la vie à l’extérieur et à l’intérieur de la société iranienne, c’est-à-dire que la population trouve beaucoup plus de liberté à l’intérieur qu’à l’extérieur. Par compensation d’ailleurs il y a parfois même de façon exagérée un besoin de s’exprimer dans l’espace interne. Mais en même temps, je disais ces derniers jours que ce n’est pas noir ou blanc. Il faut savoir aussi que les jeunes générations qui ont entre vingt et trente ans, qui ont grandi sous le régime, ces générations échappent justement à cette idéologisation du discours politique comme d’ailleurs les femmes. Parmi ces jeunes générations il y a beaucoup de femmes et de jeunes filles avec un haut niveau de scolarité au point où maintenant le régime passe par un système de quotas pour pouvoir empêcher les jeunes filles à accéder aux études universitaires. Ils sont en train de mettre un système de quotas, et ce formidable élan comme je dis de la société civile, qui fait qu’à mon avis on peut parler d’un autre Iran qui existe, n’est pas suffisamment relaté dans les mass-média en Occident. On parle soit du régime, soit on parle par exemple de la crise nucléaire et cela fait maintenant quelques années que relater la crise nucléaire se fait au détriment de ce qui se passe au niveau de la société civile en Iran…


Un formidable élan de la société civile


Cet élan se définit aussi par l’émergence d’un formidable mouvement de ce qu’on appelle ONG parce qu’il faut savoir aussi qu’en absence des activités syndicales, des partis politiques et des formes d’association, l’émergence des ONG c’est aussi une alternative et une réponse de la part de la société civile pour créer des formes d’activité de citoyenneté. Et c’est vrai qu’en gros c’est d’abord le mouvement des femmes, et surtout le mouvement de la défense de l’environnement, sous toutes ses formes - d’ailleurs quand on dit des femmes il y a beaucoup de femmes qui sont actives de façon vraiment intergénérationnelle : on trouve à la fois des jeunes, des adolescents, que j’ai rencontré par exemple, des initiatives dans une petite ville, ils vont dans le parc tous les vendredis par exemple encourager les gens à ramasser des poubelles, et ces mêmes jeunes ont pris contact avec les entrepreneurs de la localité et on a dit « On va donner un frigo ou un poste de radio à celui qui ramasse plus d’ordures dans le parc ». Donc, ce genre d’initiatives existent, par exemple comment nettoyer la montagne, et il y a beaucoup beaucoup de mouvements autour de ces enjeux-là de l’environnement, de l’écologie en général parce que, comme ce n’est pas une expression politique, c’est une forme d’activité qui vient peut-être remplacer ou répondre à ce mythe social qui existe, et le régime a plus de mal à condamner ce genre d’activité pour l’environnement qu’une activité proprement dite politique ou d’expression libre. D’autres formes de mouvement ce sont les mouvements des femmes, le plus connu s’appelle la « Campagne pour un million de signatures », et il a démarré il y a à peu près 5 ans. Des femmes ont décidé de faire du porte à porte pour une pétition contre les lois mysogines de la constitution de la République islamique. Evidemment ça se traduisait au prix de beaucoup d’arrestation et de persécutions des femmes de ce mouvement, mais tout cela a pris un élan qui se développe. Il y a aussi une reconnaissance internationale, récemment il y a à peu près deux mois, je crois que c’est au mois de février dernier, ils ont reçu en tant que collectif, le prix Simone de Beauvoir en France qui a été accordé à ce mouvement là…


Nouveau rapport aux idéologies


Pour caractériser la situation générale en Iran, on pourrait peut-être souligner le caractère idéologique du régime. On pourrait dire aussi le caractère idéologique de tout ce qui était lié aussi à l’intelligentsia de ma génération par opposition à ce qui se passe avec la jeunesse actuelle en Iran, avec laquelle il y a une grande méfiance vis-à-vis de toute sorte d’idéologies. Dans le grand élan des initiatives de la société civile, il y a quelque chose de dés-idéologisé. Du coup cela prend en considération ce que ça veut dire la citoyenneté, parce qu’il faut savoir aussi que par rapport à la nature des régimes qui ne voulaient pas reconnaître ni la notion de la nation ni la notion de citoyenneté, parce que c’était « umma » et donc appartenance à une religion, là cette méfiance vis-à-vis de l’idéologie, par ricochet c’est un respect et un désir aussi de se sentir appartenir à une communauté beaucoup plus proche de la notion de la citoyenneté que nous entendons de nos jours que de façon traditionnelle. Ce que la jeunesse actuelle et aussi le mouvement des femmes essaient de mettre en avant, ce sont justement des formes d’alternative beaucoup plus à distance par rapport aux idéologies traditionnelles qui existaient par exemple dans les années 60, 70 et même à l’époque du Shah, où il y a un désir de participer à la vie citoyenne sans se référer à une idéologie. Du coup c’est aussi un creux, une opposition par rapport à la définition du régime, qui établit une certaine forme d’appartenance à la religion comme le seul trait d’appartenance et d’adhésion à la société iranienne.




 

 

Haut

 

 

 


Des forums aux Ass- emblées



L’équipe asiatique vient de mettre en ligne sa nouvelle page web dédiée à l’Assemblée !

     
 



Warning: touch() [function.touch]: Utime failed: Operation not permitted in /var/www/asambleas-ciudadanos.net/web/ecrire/inc/genie.php on line 82