Asambleas Ciudadanos


 

l'Assemblée de citoyens en Asie

 

 

Compte-rendu de la rencontre d'aôut 2009 du Forum asiatique pour les Dialogues interculturels

Traductions : English . Español . français


Rencontre du 14 au 27 Août 2009, Chine (Pékin, Shanghai, Suzhou, Hangzhou)


Le Forum asiatique pour les Dialogues interculturels a eu lieu en Chine, à Pékin, Shanghai, Suzhou et Hangzhou, entre le 14 et le 27 Août 2009. Le Forum a été organisé conjointement par l’Institut de Littérature mondiale et le Centre d’Études interculturelles, Université de Pékin, Chine, les Citoyens du Monde pour le Développement durable, Inde, et l’Université Gutenberg de Mainz, Allemagne ; avec le soutien de La Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme (FPH) et le Groupe Beijing Eco (BEG). Le Forum asiatique pour les Dialogues interculturels est une activité complémentaire du Forum Chine-Inde organisé en Inde en 2007 et du Forum Chine-Inde-Japon qui a eu lieu au Japon en 2008. Après la conférence, les participants chinois et indiens du Forum ont pu partager une expérience écologique des plus fécondes dans la région du delta du fleuve Yangzi Jiang (Shanghai, Suzhou et Hangzhou). Cette activité s’inscrivait dans le cadre du Forum Chine-Inde. Il s’agissait d’un travail de terrain à réaliser dans le sud de la Chine. Le sujet de ce travail était « L’écologie et l’eau ».


Le Forum a commencé par une conférence portant sur la littérature écologique et l’éducation environnementale. Elle s’est déroulée à l’Université de Pékin (Pékin, Chine), du 15 au 19 août. Plus de 120 participants, des spécialistes (à la fois jeunes et adultes) - étudiant principalement la littérature écologique, la critique écologique (éco-critique) et la nature dans la littérature anglaise - et des éco activistes ont assisté à la conférence et ont présenté leurs travaux. Les conférences sur l’écologie s’accompagnaient d’un travail de terrain « éco » tout aussi significatif. Pendant le Forum, l’écriture éco-créative abordée dans des perspectives interculturelles était aussi encouragée.


Lors de son discours introductif, le Professeur Zhao Baisheng, principal organisateur du Forum et directeur de l’Institut pour la Littérature mondiale, a souhaité la bienvenue à tous les participants. Il a souligné l’importance de mener une pensée écologique et de la littérature « éco » pour créer une planète écologiquement durable. Il a chaleureusement accueilli les participants de la conférence, en particulier les jeunes, certains d’entre eux provenant de l’étranger, d’autres de l’Université de Pékin. Le Professeur Yue Daiyun, directeur du Centre pour les Études interculturelles, a rejoint le Professeur Zhao Baisheng pour souhaiter la bienvenue à tous les participants. Il a brièvement parlé de l’importance et de la pertinence du Forum asiatique. Le Professeur Alfred Hornung, professeur et titulaire de la chaire d’Études anglaises et américaines à l’Université Johannes Gutenberg, Mainz, Allemagne, a partagé ses idées sur l’éco-critique, la littérature écologique et l’éducation environnementale. M. Anugraha John, directeur des Citoyens du Monde pour le Développement durable, en Inde, et coorganisateur de la conférence et du Forum, a évoqué son voyage collectif réalisé en compagnie des amis chinois. Ce voyage a commencé par le Forum Chine-Inde en février 2007, avant de mener au Forum asiatique. La prochaine étape se concrétisera en Inde, en août 2010, par la tenue de l’Assemblée des Citoyens asiatiques. Liang Chongyi, de l’Institut de Littérature mondiale, Université de Pékin, a souhaité la bienvenue aux participants au nom de la jeunesse et des étudiants.


La conférence a mis l’accent sur l’importance d’une pensée écologique et de l’éco-littérature pour créer une planète écologiquement durable. Un éventail de questions liées à l’écologie et à la littérature écologique a fait l’objet de présentations. Les problèmes abordés portaient par exemple sur la nostalgie et son rôle dans la nature, le changement climatique, les ressources de la Chine, l’éducation environnementale, etc.





Séances plénières


Lors de la séance plénière d’ouverture, le Professeur Alfred Hornung a présidé la première session se composant de discours-programmes. Le Professeur Scott Slovic, de l’Université du Nevada, à Reno, aux E.U.A., a disserté sur « Les variétés de la nostalgie environnementale ». Il a mené une exploration du phénomène psychologique de la nostalgie en l’utilisant comme un puissant concept environnemental. Celui-ci pourrait être exploité pour inspirer une action environnementale efficace. Il a élaboré une typologie de la nostalgie : la nostalgie « loci » s’applique aux lieux, la nostalgie « loci conditionnelle » se concentre sur les relations humaines et le trauma. Quant à la nostalgie « par anticipation », elle a obligé le public à se projeter vers l’avenir, et les pertes concomitantes. Le Professeur Nirmal Selvamony, de l’École d’Enseignement supérieur Madras Christian, Chennai, Inde, a présenté son article sur « L’homme oikologique ». Dans ce travail, il élabore son argumentation en se basant sur le concept grec ancien de « Oikos ». Oikos englobe le monde humain, le monde du vivant et leurs interrelations. Le Docteur Ming Xu, directeur d’un groupe de recherche à l’Académie des Sciences chinoise, a réalisé une présentation très intéressante sur le changement climatique mondial et la manière dont il pourrait constituer une nouvelle frontière pour la littérature écologique. Il a abordé différents aspects du changement climatique, comme ses causes et ses effets, la réponse mondiale, les négociations, la politique climatique, etc.


Au cours des jours suivants, plusieurs discours-programmes ont été donnés lors des séances plénières. Le Docteur Gao Zhanyi, de l’Institut chinois de Ressources hydrauliques et de Recherche d’énergie hydraulique, a réalisé la présentation suivante : « Faire face à la croissance de la population, au changement climatique, à la pénurie d’eau et à la demande alimentaire croissante en Chine au XXIe siècle ». Son discours a intégré différentes préoccupations autour des ressources naturelles et leur relation avec les hommes, avec une référence spécifique à la Chine. Wang Canfa, Professeur de Droit environnemental à l’Université chinoise de Droit et Science Politique, a disserté sur les « Challenges environnementaux et les ONG environnementales – Rôles pour la protection de l’environnement en Chine ». Le Professeur Serpil Opperman, de l’Université Hacettepe, à Anakara, en Turquie, a présenté son article portant sur les « Rencontres éco-critiques avec le post-modernisme : nouvelles directions ». Sa représentation de la troisième vague de l’éco-critique comme postmoderniste et rhizomatique a fait l’objet de nombreux débats. Le Professeur Katsunori Yamazato, de l’Université de Ryukyus, au Japon, a présenté son travail sur « Kenji Miyazawa et Gary Snyder : leurs visions de l’humanité et le futur de la planète ». L’article du Professeur Katsunori compare Gary Snyder et M. Kenji Miyazwa, un poète japonais.


Le travail du Professeur Alfred Hornung portait sur « La culture chinoise des jardins et l’écriture de vie écologique ». Il a utilisé les idées de Paul Gilroy sur la « convivialité » et la « conscience planétaire » en les appliquant aux domaines de l’écriture de vie interculturelle et l’écologie. Dans sa présentation, il a mis en relation la tentative interculturelle de David Suzuki avec la préoccupation pour la nature, élément notoire du culte chinois de la nature. Le Professeur Greg Garrard de l’Université de Bath Spa a réalisé une présentation portant sur « L’écocritique et l’unité de connaissance : l’idée de symbiose ». Le Docteur Won Chung Kim a disserté sur « L’éco-vision de Chiha Kim et Wonil Kimpour pour la fertilisation croisée du discours éco-critique ». Il soutient que les écrits sur la vie écologique des pays d’Asie de l’Est comme la Chine, le Japon et la Corée méritent une attention particulière car leur culture et leurs environnements diffèrent de ceux de l’Ouest. M. Xu Gang, un des plus célèbres poètes et écrivains chinois, a parlé de « La reconnaissance, l’apologie et le salut ». Il a souligné l’importance d’apprécier la nature et le rôle de la littérature dans la création du goût pour la nature chez les hommes.


Séances parallèles


Les séances parallèles ont été organisées lors des sessions suivant le déjeuner. Au cours de celles-ci, différents auteurs et éco critiques ont présentés leurs travaux. M. Sushant Singh, de l’équipe indienne a présenté son travail « Éco-littérature hybride : le meilleur outil pour le développement durable », lors de la Séance parallèle présidée par la Professeur Yamazato Katsunori. Il a développé ses idées sur la manière dont la littérature écologique et les écrits portant sur les problèmes écologiques peuvent contribuer à précipiter l’action en faveur des préoccupations environnementales, en préservant l’environnement et sur la base d’un développement durable. D’autres sujets traités lors des séances parallèles comprenaient des perspectives sur la littérature coréenne, un commentaire sur les opinions de Calvino et Buzzati sur l’environnement, des voix venues d’Afrique sur l’éco-critique et une analyse des histoires de Wang Zengqi dans une perspective d’éco littérature. Bhargavi S. Rao, du Groupe de Soutien à l’Environnement, de Bangalore, a présenté son article sur « La défense de l’environnement comme un élément critique de l’éducation environnementale ». Elle a examiné des études de cas sur le travail de défense de l’action menée contre les préoccupations environnementales dans l’État de Karnataka et d’autres régions de l’Inde, et sur la manière dont cette défense combinée à la participation significative du public a eu pour conséquence une prise de conscience croissante et l’éducation des citoyens. Vikram Aditya a présenté son article intitulé « L’éducation environnementale en Inde.


Une perspective de la jeunesse ». Elle examine l’histoire de l’éducation environnementale dans le pays, la situation actuelle de l’éducation environnementale, les initiatives gouvernementales dans les systèmes formels et informels, le rôle des ONG et comment les jeunes y réagissent. Grishma Lele et Snigdha Shevade, danseuses professionnelles de Mumbai, Inde, ont présenté leur article sur « La danse et l’environnement ». Elles ont examiné la manière dont les différents mouvements de danse, dans les danses indiennes classiques, trouvaient leur origine dans l’environnement et le représentaient. Manuel Marin, un ingénieur en électricité chilien et membre de la délégation indienne, a présenté son travail sur le potentiel de l’énergie éolienne et sa contribution positive à l’environnement. Un article de Keitaro Morita portait sur le thème suivant : « Vers un façonnement de l’identité écologique : une proposition de la réflectivité écologique » La présentation de Oleyiblo O. James s’intitulait « Le développement, l’environnement et l’écologie : un dilemme tripartite dans les économies en développement », le travail de Liu Hong traitait de « L’introduction de l’économie à faible émission de carbone et la finance écologique », alors que l’article de Chen Raphael se concentrait sur « La gouvernance alimentaire : les systèmes alimentaires locaux et durables ». L’article de Dai Xuetian examinait le thème suivant « L’homme contre le poisson : directions de l’écologie », et une présentation de Mu Tianyi portait sur « Une réflexion rationnelle sur le développement de la science et de la technologie ».


En plus des séances de conférence, les participants avaient l’opportunité de se détendre et de pratiquer le Tai Chi, le soir. Un marathon spécial a été organisé pour les participants. Le parcours reliait les campus de Universités de Pékin et de Tsinghua, situés à l’opposé l’un de l’autre. Une promenade à pied a aussi été organisée le 14 août, permettant une visite de l’Université de Pékin. Les participants ont aussi pu admirer les nombreux bâtiments anciens chinois, les jardins et le système hydraulique de l’Université. La séance finale de la conférence a vu se dérouler un événement spécial : la fondation de l’Organisation mondiale de l’Éco-culture (OME). « Éco-Nuit : interprétations environnementales des cinq continents » Une nuit éco culturelle a été organisée le soir dans un restaurant chinois particulier, le Xiangyangtun. Le thème de la nuit était le suivant : « Éco-Nuit : interprétations environnementales des cinq continents ». C’était le moment pour les participants et les organisateurs de se détendre enfin et se relaxer après une semaine intense de présentations et de débats. Tous les continents représentés ont réalisé une performance culturelle. Les chinois, en tant que hôtes, ont présenté leur culture par un grand nombre d’interprétations instrumentales, de chansons et de sketchs.


Ces performances comprenaient une interprétation instrumentale réalisée par le groupe de musique classique de l’Université de Pékin qui a envoûté le public par sa musique délicate et enchanteresse. Puis, une belle chanson sur une mère racontant l’histoire de son fils qui rejoint le service de l’empereur a précédé un sketch sur une histoire chinoise ancienne, culminant par une performance de flûte. Le groupe indien a aussi organisé une série de performances de danse et de chant. Grishma et Snigdha ont exécuté des danses combinant des styles de danse classique indienne avec des éléments de la nature comme les mouvements des oiseaux et des animaux. Le groupe a conclu sa démonstration culturelle avec l’interprétation d’une chanson sur l’intégration nationale. D’autres performances comprenaient une chanson de la délégation allemande, un récital de poèmes anglais et une danse de l’éléphant réalisée par Jung Taku Victor, participant camerounais.


Travail de terrain écologique


Le travail de terrain écologique de la conférence a commencé le 18 août et s’est achevé le 21 août. Le matin du 18 août, les participants ont été conduits à Badaling, près de Pékin, pour visiter la Grande Muraille. Puis, ont été visités le comté de Yangqing et le musée éponyme pour une présentation des pratiques environnementales du comté, une ferme avicole dénommée Deqingyuan, le lac Ye Ya, véritable musée des marais de canards sauvages, et l’étang Lotus. Les participants ont eu l’occasion de marcher sur un petit tronçon de la Grande Muraille à Badaling et ont aussi vu une réplique miniature de la section de la Grande Muraille dans le comté de Yanqing. Le jour suivant, le travail de terrain a commencé par une navigation en bateau sur l’étang Yuyuan vers le lac Kunming dans le Palais d’été, la résidence officielle d’été des empereurs des dynasties Ming et Qing. Le groupe a aussi visité le temple Confucius, un temple dédié à Kung Fu Tze, et l’Académie impériale, où avaient lieu les examens de recrutement des officiers. Le 20 août, la première visite du groupe pendant la matinée était la mondialement célèbre Place Tiananmen. Les participants ont traversé à pied la Cité interdite, ou Gugong, la résidence officielle des empereurs. Puis, le groupe a visité le parc Jinshan, situé en face de la Cité interdite.


Le Forum Chine-Inde et l’expérience dans la région du delta du Fleuve Yangzi Jiang


Les participants du Forum Chine-Inde ont commencé leur travail de terrain dans le sud de la Chine le 21 août, après la conférence. Le sujet du travail de terrain était « L’eau et l’écologie ». Ils ont quitté Pékin pour se diriger vers Shanghai en train à grande vitesse (CRH). Ils y sont arrivés le matin suivant. Après quelques achats matinaux dans la rue Yuyuan, le groupe est arrivé à l’Institution Changjiang (Yangtze) pour la conférence principale. Les orateurs étaient le Docteur Zhao Shengwei, chercheur de l’Institut Changjaing d’Étude, de Planification, de Conception et de Recherche de Shanghai, et le Docteur Weng Dingjun, Professeur du Département de Sociologie de l’Université de Shanghai. Le Docteur Zhao a réalisé une présentation très intéressante du projet des Trois Gorges, en construction sur le fleuve Yangzi Jiang et son impact sur Shanghai. Son exposé a été illustré par un grand nombre d’images. Le Docteur Weng a centré son discours sur les effets sociologiques de la construction du projet des Trois Gorges, en analysant le cas des immigrants des Trois Gorges vers Shanghai. Il a évoqué les causes de leur déplacement, principalement l’inondation future de leurs villes natales le long de la vallée du fleuve Yangzi Jiang, suite à l’exécution du projet des Trois Gorges.


Dans la soirée, le groupe a visité la tour Jinmao, le sixième plus haut gratte-ciel du monde, et le deuxième plus élevé en Chine après le Centre international des Finances de Shanghai. Le lendemain, la première visite était celle du musée de Shanghai, où le groupe a pu contempler des objets chinois anciens tels que des articles en bronze, en jade, des céramiques, des calligraphies, des peintures et des pièces de monnaie. Plus tard, le groupe a visité le Musée d’art contemporain de Shanghai pour découvrir une exposition d’art contemporain indien dans le cadre d’un festival nommé « India Xianzai », ou Inde contemporaine.


Le jour suivant, dans le cadre du travail de terrain, le groupe du Forum a visité la ville de Suzhou, près de Shanghai, dans la province Jiangsu. Suzhou était un centre culturel célèbre en Chine et était considérablement apprécié pour ses nombreux canaux, ses jardins privés, ses pagodes et ses rues et ruelles anciennes qui ont vu naître de nombreux auteurs, écrivains et philosophes. À Suzhou, le groupe a pu apprécier une navigation en bateau sur le Grand Canal reliant Pékin et Hangzhou, la vieille rue Shantang bordée par des canaux. Il a visité Tong Li, une petite ville voisine de Suzhou qui est aussi entrecroisée de ruisseaux et canaux. Les participants ont pu assister, pour la première fois, à une séance de pêche au cormoran. Ils ont aussi contemplé le Jardin de l’humble administrateur, un site déclaré Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO et le plus grand jardin privé chinois, couvrant une superficie de 14 hectares. Le groupe a appris que Suzhou était un des plus anciens centres de production de soie en Chine. Depuis son port, la soie était exportée vers l’Europe par la Route de la Soie. À Suzhou, le groupe a visité le plus grand centre de production de soie en Chine et a pu enrichir ses connaissances sur les différentes étapes d’extraction de la soie, des vers à soie jusqu’au produit final. Le dernier jour à Suzhou, l’équipe a visité l’Université de Suzhou (Soochow) et a participé à une conférence sur les villes côtières et les ressources hydrauliques. L’orateur était le Docteur Xia Jian, du Bureau de Conservation de l’Eau de Suzhou. Le Docteur Xia a expliqué la situation hydraulique dans le comté et ses différents aspects : l’eau disponible, les sources d’eau potable, l’eau pour la consommation industrielle et pour la consommation de l’agriculture, etc.


Après Suzhou, le groupe a visité Hangzhou, leur destination finale en Chine. Cette ville est connue pour sa production de thé et pour être côtière du plus célèbre lac de Chine : Xi Hu – le Lac de l’Ouest. Hangzhou est la capitale de la province Zhejiang. C’est un autre important centre culturel chinois. L’équipe a tout d’abord visité une plantation de thé de la variété thé vert « Dragon Well » et s’est instruit sur les différentes variétés de thé – le thé noir, le thé oolong et le thé vert. Le groupe a visité le Lac de l’Ouest le jour suivant et a profité d’une navigation en bateau sur le lac. Le lac, entouré de collines, d’anciennes chaussées et de pagodes, a, par ses beautés, séduit tous les participants. Puis, le groupe a visité la dernière destination prévue, le temple Lingyin, un des temples bouddhistes en activité les plus importants de la Chine continentale. L’équipe a écouté la parole donnée par un grand prêtre du temple. Elle a eu le privilège de réaliser une visite guidée des parcs du temple, le guide étant un des abbés du temple. Les participants indiens ne furent pas surpris de remarquer les nombreuses relations que le temple partage avec l’Inde, des statues de Sakyamuni, Ananda, Gaya et Avalokitehswara, aux nombreux noms en Sanskrit qui pouvaient être observés dans tout le temple, comme par exemple la Salle Mahavira et la salle Pathaka.


Après son séjour à Hangzhou, le groupe est revenu à Shanghai. Les participants se sont alors quittés et les indiens ont entrepris leur voyage retour vers leur pays.





 

 

Haut

 

 

 


Des forums aux Ass- emblées



L’équipe asiatique vient de mettre en ligne sa nouvelle page web dédiée à l’Assemblée !

     
 



Warning: touch() [function.touch]: Utime failed: Operation not permitted in /var/www/asambleas-ciudadanos.net/web/ecrire/inc/genie.php on line 82